20 ans de webtarot
La grande histoire de webtarot. Chapitre 1 : le démarrage
Article mis en ligne le 20 août 2020
dernière modification le 15 août 2020

par beuz

La grande histoire de webtarot.

Chapitre 1 : le démarrage

20 Août 2000 :

"Je lance un appel aux programmeurs de jeux OnLine présents sur cette liste, afin de savoir s’il serait possible d’envisager une ’coopération’ de nos jeux à court ou long terme, pour que les joueurs puissent jouer ensemble sous différentes interfaces. Merci d’avance pour vos réponses.

JPG."

L’histoire de webtarot commence par ce message. Ce jour-là, JPG lance un appel dont le résultat sera la création du TaroTeam et le lancement des travaux de développement de WebTarot.

A l’époque, il existait deux jeux « en ligne » et aucun de leurs auteurs n’a répondu à JPG. L’histoire aurait donc pu s’arréter là. Pourtant 3 personnes allaient répondre : Riri, Panurge et Beuz. JPG emmenera aussi Nico dans cette aventure à 5.

5 personnes mais des compétences multiples : 2 joueurs de club, 3 étudiants, deux juristes, 3 développeurs, 1 graphiste

C’est JPG qui batit l’architecture et crée la majeure partie du jeu. Panurge s’occupe des graphismes et du site web, beuz de l’IA, de l’aide aux joueurs. Riri s’occupera de l’administratif et Nico des béta-tests (plus tard, les rôles changeront)

On commence par faire un site en hébergement gratuit sur free.fr et les betatests démarrent. On fait appel à une quarantaine de joueurs, certains disparaitront très vite et d’autres nous accompagneront très longtemps.

Très vite, l’hébergeur tire la sonnette d’alarme : les connexions sont trop nombreuses et son matériel ne suit pas. On cherche un partenaire un peu plus "solide", et après un rapide examen du marché des hébergeurs, notre choix se porte sur un hébergement mutualisé chez Amen.
Le contrat est signé début Mars 2001, et tout est mis en place peu avant l’ouverture officielle au public le 20 Mars 2001. Le modèle économique est le suivant : chaque nouveau joueur peut essayer le jeu pendant 30 jours et 100 parties. Au-delà, il paye une licence à 100 francs pour un accès non limité dans le temps.

100 francs c’était l’équivalent des droit d’inscriptions de 3 ou 4 tournois. Certains trouvaient ça trop cher et d’autres nous disaient que nous n’étions pas sérieux avec notre prix « sans limitation de durée » ou bien croyaient que c’était 100 francs par an comme une adhésion à un club.

Nous pensions alors avoir une solution qui tiendrait la route pour au moins un an. Mais à cause de vous, les joueurs (et on vous en remercie), ça ne se passe pas comme prévu ! Dès le mois de Juin, Amen nous avertit que les connexions commencent à atteindre les limites maximales prévues par le contrat ! Quelques mois plus tard, il nous coupera l’accès et nous devrons louer notre premier serveur chez OVH.

Mais avec près de 400 joueurs en 6 mois, c’était devenu possible...